Loches

La ville de Loches, Indre-et-Loire, est un bourg relais de la vallée de l’Indre sur le vieux chemin marchand d’Amboise à Poitiers qui a longtemps concurrencé la voie commerciale d’Aquitaine partant deTours ou de Langeais. Très tôt, ce relais semble avoir été fortifié. Un important chemin Saint-Jacques emprunte cette voie commerciale au xiie siècle. Loches devient une petite ville médiévale surmontée d’un des plus anciens donjons d’Europe, construit vers l’an mil par Foulques III Nerra à l’instar des donjons de Langeais et de Montbazon, autres villes deTouraine.

Les riches heures de loches entre le Xème et le XIIème

Au xe siècle, les querelles incessantes qui opposent les comtes de Blois aux comtes d’Anjou, sont à l’origine de l’essor du château de Loches qui joue désormais un rôle prépondérant dans cette lutte de pouvoir. Le comte angevin Geoffroi Grisegonelle s’établit à Loches et fait reconstruire l’église collégiale de Saint-Ours. D’abord conçue dans un plan romano-byzantin, elle adopte des caractères romans au fil des deux siècles de construction.

Son fils Foulques Nerra fait construire un énorme dominium attestant sa puissance sous la forme d’une grande tour carrée. Ce donjon quadrangulaire toujours visible de nos jours. Loches faisait partie d’un dispositif militaire angevin de fortifications encerclant la ville de Tours, objet de ses convoitises. C’est son fils, Geoffroi II Martel, qui mène à terme la construction de cet imposant édifice.

En 1195, après la mort d’Henri II Plantagenêt, seigneur d’Anjou et roi d’Angleterre et profitant que Richard Cœur de Lion soit retenu prisonnier en Autriche depuis son retour des Croisades, Philippe Auguste intrigue avec Jean sans Terre, le frère de Richard Cœur de Lion et se fait donner Loches. Dès qu’il est libéré, l’impétueux Cœur de Lion accourt et reprend le château de Loches. Dix ans après, en 1205, Philippe Auguste prend sa revanche. Le siège dure un an. Loches est désormais une place-forte royale qui peut servir de prison et les rois capétiens qui la confie à Dreux de Mello, seigneur de la Touraine s’efforcent de la rendre inexpugnable.

Vue aérienne sud-ouest

Loches à la royauté française[modifier | modifier le code]

En 1249, la seigneurie de Loches passe définitivement au domaine royal français après que Saint Louis l’achète avec celle deChâtillon-sur-Indre pour 600 livres. Jusqu’à la fin de l’ancien régime, les rois de France ont donné le titre de lieutenants du roi aux gouverneurs de la place forte de Loches, et notamment la dynastie des Baraudin, qui se sont succédé tout au long duxviiie siècle.

Les villes de Loches et de Beaulieu, séparées sur leurs rives respectives gauche et droite, par de nombreux bras de l’Indre formant une vaste zone humide, cultivent une féroce rivalité économique.

Fin mai 1429, après sa victoire à Orléans, Jeanne d’Arc vient rencontrer Charles VII pour le convaincre de se faire couronner : « Noble Dauphin, ne tenez pas davantage tous ces conseils, si nombreux et si longs, venez donc au plus vite à Reims prendre la couronne à laquelle vous avez droit. » 7

Au xve siècle, Agnès Sorel, favorite de Charles VII, habite souvent dans les châteaux aménagés de Loches et de Beaulieu de 1444 à 1449. Elle abandonne la cour de Chinon, où le Dauphin (futur Louis XI) lui a créé bien des difficultés. En effet, ce dernier ne supporte pas la relation d’Agnès avec son père le roi Charles VII. Il estime que sa mère est bafouée et a de plus en plus de mal à l’accepter. Un jour il laisse éclater sa rancœur et poursuit, l’épée à la main, l’infortunée Agnès dans les pièces de la maison royale. Agnès Sorel se réfugie à Loches et Charles VII, courroucé par tant d’impertinence, chasse son fils de la cour et l’envoie gouverner le Dauphiné.

Après avoir servi de résidence royale, le château de Loches devient une prison d’État sous Louis XI. Le clergé séculier, du diocèse de Tours, fonde à Loches, un collège en 1576. Vers 1640, ce collège est repris par les Barnabites.