Les décors peints

Il subsiste des peintures polychromes lacunaires dans différentes parties de l’édifice, aussi bien dans le choeur que dans la nef. Des faux-joints de différentes époques sont aussi discernables. Dans le cadre des travaux d’urgence de la restauration de l’abside, il est prévu des sondages systématiques et des essais de nettoyage, ce qui permettra d’établir un rapport précis sur l’évolution et l’état des peintures murales dont certaines ont disparu depuis plusieurs décennies.

Le décor le plus ancien est celui de faux-joints, simples, couleur ocre-rouge, sur un enduit clair. Il reste cependant, en différentes parties de la première travée de la nef, notamment sur les chapiteaux des ocres rouges et des ocres jaunes. Il reste également des peintures figuratives, anges, cavaliers, guerriers, roi couronné, arbres, végétation et feuillage sur l’ensemble des murs ; ce décor serait très vraisemblablement de l’époque gothique. Il semble subsister les traces très discrètes d’une litre. Certains dessins du comte de Galembert au XIXème, apportent des indications sur certaines peintures qui ont aujourd’hui disparu (M. G. Fleury indique que les scènes pourraient être la chevauchée des Rois Mages tenant les matières précieuses, le Massacre des Innocents, la Nativité et la Résurrection.)

Certains décors, quoique très effacés, subsistent sur le parement de la fenêtre nord de la deuxième travée de la nef ; ils pourraient être du XVème siècle avec leurs faux-joints doubles.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *